Job Caddie est un programme organisé et financé par la Société suisse d’utilité publique.

Afin de soutenir de jeunes adultes rencontrant des difficultés en apprentissage ou peu après, la SSUP a lancé, en 2008, un projet de mentoring sous le nom de «Job Caddie». Job Caddie prodigue des conseils et trouve des mentors, hommes ou femmes, pour les personnes en difficulté – des bénévoles qui, en règle générale, œuvrent dans la même branche que les jeunes gens.

Job Caddie a du succès: près de 75% des jeunes adultes accompagnés dans le cadre de Job Caddie parviennent à passer à l’étape suivante de leur carrière professionnelle. www.jobcaddie.ch

Collaborations
Job Caddie entretient des contacts avec diverses  institutions publiques du canton de Zurich, en particulier avec l’office de l’enseignement secondaire supérieur et de la formation professionnelle.

Job Caddie dispose aussi d’un réseau porteur, notamment parmi les services de soutien du secteur privé.

Cela permet à Job Caddie d’ouvrir la voie vers des prestations plus spécialisées pour faciliter aux adolescents et aux jeunes adultes le passage au monde du travail.

Le programme est sorti de l’enfance

Le 28 mars à Zurich, le programme de mentoring Job Caddie a célébré son 10e anniversaire en présence de plus d’une centaine d’invités. Des mentors et des mentees ont engagé des débats et la pièce de théâtre «anundpfirsich» a suscité un grand enthousiasme.
Il y a 10 ans, la SSUP a lancé son programme de mentoring Job Caddie sous la forme d’un projet pilote pour la région de Zurich. Un journal local et des affiches dans les trams et bus sont parvenus à déclencher une déferlante de demandes, inondant ce service de conseils gratuits pour les «jeunes éprouvant des difficultés au cours de leur apprentissage ou après, lors de leur recherche d’un premier emploi». Job Caddie était alors le seul service dans toute la Suisse à assister par des mentors des jeunes de 16 à 25 ans dans leurs difficultés en apprentissage ou lors de leur entrée sur le marché du travail. Jusqu’à aujourd’hui, Job Caddie se distingue d’autres offres par la démarche volontaire des jeunes adultes qui doivent chercher eux-mêmes le contact avec Job Caddie, ses conseils et son accompagnement. Outre la région de Zurich, Job Caddie couvre désormais aussi celle de Zoug, a démarré à Berne et tâte le terrain en Suisse orientale et occidentale. L’ancien projet pilote a définitivement dépassé le stade de l’enfance. Rien que dans la région de Zurich, Job Caddie enregistre actuellement plus de 400 demandes par an. Le mentoring est un processus aux nombreux avantages: il favorise l’engagement bénévole, intergénérationnel et égalitaire au sein de la société; il permet aux mentees et aux mentors des échanges réciproques, bénéfiques pour les deux parties; enfin, l’insertion professionnelle de jeunes adultes permet de réduire les frais financiers à long terme. Que Job Caddie présente des avantages sociaux et économiques n’a d’ailleurs pas échappé aux services publics. Depuis le début de l’année, la ville de Zurich soutient pour au moins deux ans par un généreux montant sa jeunesse accompagnée par Job Caddie. Job Caddie a profité de son 10e anniversaire pour organiser une fête et remercier tous les acteurs du programme: l’équipe Job Caddie de Zurich pour son effort incomparable; les instances de la SSUP pour leur soutien stratégique et financier; les mentors de leur engagement volontaire; les mentees de leur confiance; les nombreux services, offices, écoles, maîtres d’apprentissage et médias pour avoir, au fil des ans, attiré l’attention des jeunes au programme Job Caddie. Job Caddie approche désormais l’âge de la puberté. Avec sa mère, la SSUP, Job Caddie restera toujours lié. Toutefois, la SSUP se félicite de voir son programme de mentoring nouer des relations avec d’autres organisations, que ce soit au niveau de l’État, de l’économie et de la société civile, afin d’assurer lui-même son développement à long terme.

La pandémie est un obstacle pour les jeunes

Ces derniers mois ont confirmé que pour les jeunes, l’entrée dans le monde professionnel s’avérait particulièrement difficile suite à la crise du coronavirus. Celles et ceux qui viennent de terminer leur apprentissage sont très touchés par les effets de la pandémie car, en raison du chômage partiel et du licenciement de nombreux professionnels expérimentés, ils subissent une concurrence supplémentaire pour les postes vacants.

Pour Job Caddie, la crise n’est pas une inconnue
Job Caddie se rappelle bien de ses débuts, il y a 12 ans. En 2008, la crise financière et économique rendait difficile pour les jeunes adultes de trouver un premier emploi après avoir terminé leur apprentissage. C’est pourquoi la SSUP a lancé un programme de tutorat (ou de mentoring) sous le nom de Job Caddie. Aujourd’hui comme en 2008, il est manifeste qu’un encadrement par des professionnels bénévoles est très précieux pour ces jeunes. Fréquemment, cependant, les défis auxquels ils sont confrontés proviennent, entre autres, de difficultés interpersonnelles, notamment sur le lieu de travail. Il faut peu d’imagination pour comprendre que dans de telles situations, l’actuelle pandémie peut avoir l’effet de la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Ces dernières semaines, Job Caddie a vu de nombreuses jeunes personnes frapper à sa porte sans que leurs problèmes ne soient directement causés par la crise du coronavirus. Souvent, cependant, des difficultés qui s’étaient déjà dessinées au cours de l’apprentissage ou d’un premier emploi se sont exacerbées au fil des semaines de fermeture. Grâce à l’offre de Job Caddie, ces jeunes peuvent bénéficier d’un soutien rapide, individuel, facilement accessible et, dans la mesure du possible, spécifique à leur secteur professionnel. Qui plus est: ce soutien leur sera apporté par une personne professionnelle et expérimentée. Enfin, grâce à l’engagement des quelque 250 mentors bénévoles du programme Job Caddie, ce soutien sera gratuit.

Le mentoring reconnu par l’Etat
Il est probable que la crise du coronavirus laissera ses traces et qu’il marquera la formation professionnelle pendant un certain temps. Les offres de soutien, comme celles de Job Caddie, seront donc encore davantage sollicitées à l’avenir. Réunissant des représentants de la Confédération, des cantons et des partenaires sociaux, le groupe de travail «Perspectives Apprentissage 2020» a identifié le tutorat comme l’une des mesures les plus importantes pour faire face aux conséquences de la crise du coronavirus sur l’apprentissage et l’entrée dans la vie professionnelle. Il s’agit maintenant de veiller à ce que cette prise de conscience s’inscrive durablement dans les esprits et que l’Etat reconnaisse officiellement l’importance d’un mentorat soutenu par la société civile afin de faciliter l’intégration professionnelle des jeunes.