Prévoyance-temps: 4e pilier, non financier, ou prévoyance KISS

D’ici l’an 2050, la proportion des personnes de plus de 80 ans aura doublé. Parallèlement à cette évolution, la proportion des personnes d’âge professionnel régresse. Or, il s’agit d’éviter à tout prix que les personnes âgées soient privées du soutien qui leur est indispensable. Toute personne vivant en Suisse doit pouvoir compter sur l’assistance nécessaire pour lui assurer une réelle qualité de vie, même ou surtout lorsqu’elle est âgée. Cela doit être possible indépendamment des évolutions financière, sociétale, économique et politique.

D’ici l’an 2050, la proportion des personnes de plus de 80 ans aura doublé. Parallèlement à cette évolution, la proportion des personnes d’âge professionnel régresse. Or, il s’agit d’éviter à tout prix que les personnes âgées soient privées du soutien qui leur est indispensable. Toute personne vivant en Suisse doit pouvoir compter sur l’assistance nécessaire pour lui assurer une réelle qualité de vie, même ou surtout lorsqu’elle est âgée. Cela doit être possible indépendamment des évolutions financière, sociétale, économique et politique.

Dans les pays industrialisés, l’âge moyen des personnes et le nombre de retraités ont tous deux considérablement augmenté, alors que le nombre de personnes professionnellement actives ne cesse de décroître. Surviendra surtout une augmentation de la proportion des personnes du troisième âge, donc des 60 à 80 ans, lesquelles sont majoritairement en bonne santé physique et mentale.

De nombreuses personnes de plus de 80 ans (quatrième âge) sont capables ou presque de vivre de manière autonome dans leur logement habituel, à condition de recevoir une assistance et un accompagnement appropriés. C’est ce qui correspond d’ailleurs aux souhaits de ces personnes, ce qui leur permet de rester indépendantes plus longtemps et ce qui est moins onéreux. Ainsi, il est indispensable d’ouvrir de nouvelles voies afin de répondre aux besoins croissants en prestations d’assistance et d’accompagnement. C’est dans l’intérêt de tous.

Objectifs de KISS

  1. L’association KISS vise à renforcer la responsabilité personnelle de chacun ainsi que l’esprit communautaire.
  2. La prévoyance-temps a pour objectif de motiver des personnes du troisième âge à assister et à accompagner des personnes du quatrième âge – non pas de les soigner (c’est là, la tâche des professionnels).
  3. Il est possible de renforcer la solidarité entre les générations par des relations directes et une répartition des charges entre elles.
  4. Il faut encourager l’engagement bénévole et améliorer l’assurance sociale personnelle par la prévoyance-temps.
  5. KISS contribue à ralentir l’explosion des coûts de la santé et du social.
  6. KISS est une contribution de la société civile à la maîtrise des défis posés par l’évolution démographique.
  7. L’organisation d’un réseau national de coopératives KISS permettra à tous d’utiliser les avantages de la prévoyance-temps.

Donner et recevoir d’une personne à l’autre
La prévoyance-temps selon le modèle KISS, signifie que quelqu’un fournit aujourd’hui une prestation et que le temps correspondant est inscrit à son compte individuel. Ce temps pourra être exigé ultérieurement. Le principe de KISS est que les plus jeunes acceptent de se rendre utiles auprès des plus âgés afin d’alimenter leur compte individuel de crédits de temps.

La prévoyance KISS se base sur des crédits de temps. Chaque prestation fournie est imputée au crédit du compte de la personne prestataire et à la charge de la personne bénéficiaire. L’unité de mesure est l’heure. Le type de prestation n’intervient aucunement: une heure de temps est une heure de temps. Toutefois, le temps KISS n’est pas monnayable.

Organisation décentralisée
L’association KISS regroupe des coopératives couvrant chacune 5000 habitants. Les coopératives servent d’intermédiaires entre l’offre et la demande, donc entre les personnes offrant des prestations d’aide et d’accompagnement et celles qui en requièrent. Les coopératives préparent les prestataires, les assistent et les conseillent; elles assurent en outre les relations avec les administrations et coopèrent avec les organisations établies dans ce même domaine (Spitex, Pro Senectute, etc.).

L’association KISS a été fondée en 2010. Deux coopératives existent depuis 2012: KISS Obwalden et KISS Luzern. Dans d’autres cantons, notamment Uri, Zoug, Zurich, Glaris et Argovie, des pourparlers et préparatifs sont en cours.

Pour de plus amples informations: www.kiss-zeit.ch