Colloque sur les activités bénévoles

En novembre de chaque année, les membres du «Réseau Suisse Bénévolat» se réunissent pour un colloque. En 2020, cette rencontre entre pratiquant-e-s et personnes de la recherche travaillant dans le domaine du bénévolat, était organisée par la Croix-Rouge suisse (CRS) et consacrée à l’avenir du travail bénévole. En raison de la deuxième vague de pandémie, le colloque s’est déroulé en ligne – y compris la remise d’un manifeste à la Présidente du Conseil national.

A l’instar du colloque sur le bénévolat de la SSUP, la rencontre annuelle du «Réseau Suisse Bénévolat» est un grand rendez-vous national réunissant des personnes œuvrant dans ce domaine, depuis les bénévoles pratiquants aux chercheuses, en passant par les coordinatrices et coordinateurs. Il est d’autant plus regrettable qu’en 2020, ce colloque ait dû se dérouler en ligne! Le point de départ pour la discussion sur l’avenir du bénévolat a été défini par Adrian Fischer, chercheur mandaté par la SSUP, le Pour-cent culturel Migros et la fondation Beisheim pour mener une enquête nationale et élaborer le quatrième rapport de l’Observatoire du bénévolat en Suisse. En ce qui concerne le contenu de ce rapport, nous renvoyons les lectrices et lecteurs à la publication elle-même, téléchargeable gratuitement:

www.sgg-ssup.ch/fr/freiwilligenmonitor-fr.html

Les ateliers sur l’avenir du bénévolat se sont, entre autres, appuyés sur des expériences récentes faites pendant le semi-confinement. Durant la première vague, diverses plateformes et applications en ligne avaient permis, aux niveaux national, cantonal, régional et communal, de mettre en relation des personnes ayant besoin d’aide avec des bénévoles offrant des services gratuits. Dans le cadre d’un autre atelier du colloque, la SSUP a eu l’occasion de présenter son projet «engagement-local». Celui-ci repose sur une approche selon laquelle les communes et les villes, les associations et les églises, ainsi que les entreprises et les fédérations associatives, doivent encourager conjointement et sur un pied d’égalité le travail bénévole à l’échelle locale.

Une particularité de la conférence de cette année a été la présentation d’un manifeste intitulé «Pour la promotion nationale du bénévolat». Carine Fleury Bique, cheffe du Centre de compétences «Bénévolat» de la CRS, a même virtuellement remis le document à la Présidente du Conseil national Isabelle Moret. Ce manifeste a été élaboré au cours de ces derniers mois par des membres du «Réseau Suisse Bénévolat» et d’autres ONG. Il pose quatre exigences:

  • Créer, au sein de l’administration fédérale, un service compétent pour les organisations de la société civile.
  • Soutenir la reconnaissance publique de l’engagement bénévole, en attirant davantage l’attention sur la «Journée internationale des Volontaires» du 5 décembre et en faisant référence au sujet sur les sites Internet des communes.
  • Lever les obstacles administratifs et juridiques et alléger les exigences formelles imposées aux annonces officielles et aux demandes d’autorisation.
  • Créer un «Congé bénévolat» national pour les plus de 30 ans et une «Année/service civique volontaire» pour les moins de 30 ans.

Le texte complet du manifeste peut être téléchargé

Français: www.redcross.ch/benevole-manifeste

Italien: www.redcross.ch/manifesto-volontariato

Allemand: www.redcross.ch/freiwillige-manifest