Gabriella Civico: Valoriser les compétences des bénévoles

De Gabriella Civico
Le bénévolat est largement reconnu comme une excellente source d’apprentissage et comme une contribution importante au développement personnel et professionnel.

Le bénévolat est largement reconnu comme une excellente source d’apprentissage et comme une contribution importante au développement personnel et professionnel. Le Centre européen du volontariat (CEV) considère que la reconnaissance du bénévolat comme source de formation non formelle et informelle (NFIL) est très importante. Grâce à son effet d’apprentissage, le bénévolat contribue également à maintenir et à promouvoir l’employabilité à tous les âges et dans tous les groupes sociaux. Dans le même temps, il convient de veiller à ce que le bénévolat ne soit pas axé sur l’acquisition de compétences et la reconnaissance de qualifications ou sur l’amélioration des possibilités d’emploi et de carrière, mais qu’il continue à être axé sur le service au bien commun. Au cours de l’Année européenne du bénévolat, donc en 2011, plusieurs institutions de l’UE et d’autres parties prenantes ont souligné que les outils et systèmes de reconnaissance et de validation de la NFIL obtenue grâce au bénévolat, étaient susceptibles d’apporter une valeur ajoutée à ce même bénévolat et d’inciter de nouveaux bénévoles. En particulier, le Parlement européen a appelé «les États membres de l’UE à faciliter le bénévolat par le biais d’une formation formelle, informelle et non formelle afin d’améliorer les compétences des bénévoles et de les soutenir dans leur travail, avec leur engagement essentiellement désintéressé et charitable».

Le bénévolat traduit des valeurs en actions
La Commission européenne a déclaré: «Le bénévolat crée du capital humain et social. C’est une voie vers l’intégration et l’emploi et un facteur clé pour améliorer la cohésion sociale. Le bénévolat met en pratique les valeurs fondamentales de justice, de solidarité, d’inclusion et de citoyenneté sur lesquelles l’Europe est fondée. Les bénévoles contribuent à façonner la société européenne. Les bénévoles qui travaillent en dehors de leur pays d’origine contribuent activement à la construction d’une Europe des citoyens. Le bénévolat est implicitement lié à de nombreuses politiques de l’Union européenne – telles que l’apprentissage tout au long de la vie, le développement rural et le sport – où il ajoute une dimension précieuse aux programmes de l’Union européenne. Le bénévolat est un élément de l’innovation sociale et mobilise la créativité des personnes pour développer des solutions et faire un meilleur usage des ressources limitées. Au niveau individuel, le bénévolat peut être un moyen pour les citoyens d’acquérir des compétences sociales, de jouer un rôle utile et de se connecter ou de renouer avec la société. Au niveau sociétal, le bénévolat peut être un instrument d’autonomisation, en particulier pour les groupes défavorisés de la société».

Les jeunes à la recherche de plaisir, de communauté et de compétences
Des études ont montré que l’acquisition de compétences professionnelles et sociales supplémentaires et la possibilité de prendre des responsabilités, sont un motif de bénévolat, notamment pour la jeune génération, même si le besoin de se divertir et de rencontrer de nouvelles personnes est le principal objectif au début de leur engagement. En 2011, la Commission européenne a annoncé qu’elle préparait une proposition visant à valider la NFIL en matière de bénévolat et à créer un «passeport européen de qualification». L’objectif est de permettre aux individus de tenir un registre des aptitudes et des compétences qu’ils acquièrent grâce au bénévolat.[nbsp]

L’État et la société civile valident conjointement l’engagement bénévole
La participation d’acteurs non gouvernementaux de différents secteurs est une condition indispensable à la réussite de l’introduction de systèmes de validation et à l’amélioration des qualifications requises sur le marché du travail moderne. Associés aux autorités publiques, les acteurs non gouvernementaux apportent plus de garanties que les mécanismes d’identification, de documentation, d’évaluation et de certification soutiennent et facilitent la validation de la NFIL. Sur le marché du travail, il est par ailleurs important que les secteurs professionnels et les parties prenantes partagent une même compréhension des processus de validation. Dans le cadre d’un projet Erasmus Plus, le CEV développe actuellement un outil de validation spécialement conçu pour les bénévoles. Le modèle LEVER UP vise à mieux faire reconnaître les compétences acquises grâce au bénévolat. La participation au processus LEVER UP, d’une part, peut aider les bénévoles à mieux valider leurs compétences et, d’autre part, contribue ainsi à améliorer leur employabilité et leur mobilité.

Gabriella Civico est directrice du Centre européen du volontariat (CEV) à Bruxelles. Elle a initié le Réseau européen du bénévolat des personnes employées (EVEN) en 2013.