Une fête des superlatifs

Lors des festivités sur la prairie du Grütli, le chancelier fédéral Walter Thurnherr a inspiré les 1300 invités avec son discours. Eveline Widmer-Schlumpf a évoqué les défis de Pro Senectute. Joël Brüschweiler a tiré avec l’arbalète sur une cerise. Enrico Lenzin a accompagné, avec le cor des Alpes, MISS HELVETIA Barbara Klossner qui a chanté le nouveau texte proposé pour l’hymne national suisse.

Lors des festivités sur la prairie du Grütli, le chancelier fédéral Walter Thurnherr a inspiré les 1300 invités avec son discours. Eveline Widmer-Schlumpf a évoqué les défis de Pro Senectute. Joël Brüschweiler a tiré avec l’arbalète sur une cerise. Enrico Lenzin a accompagné, avec le cor des Alpes, MISS HELVETIA Barbara Klossner qui a chanté le nouveau texte proposé pour l’hymne national suisse.

Par 30 degrés ambiants, les 1300 invités cherchaient l’ombre sous des parapluies, des arbres et sous leurs chapeaux. Déjà vers midi, l’ambiance était solennelle et joyeuse. Les acteurs ont fait du yodel avec la foule. Le patron du Grütli, Mike McCardell, a fait le bonheur des invités avec ses Macaronis de l’armailli et ses saucisses.

Parmi les invités, il y avait plus de 120 diplomates de plus de 30 pays. Ils représentent leur pays en Suisse ou à l’ONU de Genève.

Cette année, la SSUP a choisi Pro Senectute comme partenaire pour la fête au Grütli. La plus grande organisation suisse de services aux personnes âgées fête ses 100 ans en 2017. La nouvelle présidente de Pro Senectute Suisse, Eveline Widmer-Schlumpf, a parlé des défis auxquels l’organisation a fait face dans le passé et qu’elle aura à relever à l’avenir. Ainsi, elle a déclaré: «L’échange entre les générations est important pour tout le monde et source d’expériences inestimables. Plus nous échangeons avec d’autres groupes d’âge, mieux nous les comprenons. Il nous appartient de faire revivre cette tolérance et compréhension, encore et encore, et à rechercher le contact avec les jeunes ou les aînés, en particulier en dehors de la famille. Ainsi, nous pourrons bénéficier de la solidarité mutuelle au sein d’une société multi-générationnelle à l’avenir.»

Le chancelier fédéral Walter Thurnherr, chef d’état-major du Conseil fédéral depuis 2016, a fasciné les invités avec son discours: «Nous avons toutes les raisons d’être sereins. Non pas parce que nous sommes plus efficaces ou plus clairvoyants que d’autres. Non pas parce que nous sommes différents. Mais parce que nous faisons certaines choses différemment: nous nous gouvernons différemment, nous nous organisons différemment et nous évoluons différemment. D’autres pays conservent leur Constitution et changent sans cesse leur gouvernement. Nous tenons à notre gouvernement et changeons régulièrement notre Constitution. C’est très différent! Mais nous ne pourrons pas trouver de solution au problème mondial des réfugiés dans notre Constitution. Et aucune initiative ne garantira que nos glaciers ne fondent pas. Aucun référendum ne nous protégera d’un marasme économique. Les choses ne deviennent pas plus simples, mais plus complexes! Le 1er août est l’occasion de se rendre compte que de nouveaux problèmes existent, qu’une nouvelle réflexion est nécessaire et qu’il faut probablement trouver des réponses nouvelles.»

En marge des discours, Enrico Lenzin jouait du cor des Alpes, MISS HELVETIA Barbara Klossner faisait du yodel et le champion mondial Joël Brüschweiler montrait son talent avec l’arbalète. Barbara Klossner et Enrico Lenzin ont par ailleurs présenté le nouveau texte proposé pour l’hymne national suisse. Une douzaine de femmes d’honneurs ont montré le nouveau costume «Edelweiss d’Interlaken» créé par Malou Balmer pour la fête d’Unspunnen. Le président de cette fête, Ueli Bettler, a invité toutes les personnes présentes au Grütli à venir assister à la fête d’Unspunnen qui aura lieu à la fin du mois d’août à Interlaken. Lors de la cérémonie principale du 3 septembre, le Chœur suisse des jeunes chantera le nouveau texte de l’hymne national.