«Sur fond rouge la croix blanche» pour la quatrième fois

Pour la quatrième année consécutive, les communes seront appelées, le 1er août 2019, à faire chanter, outre les strophes du Cantique suisse, la nouvelle strophe proposée pour l’hymne national. Plus de 200 personnalités soutiennent désormais l’idée de remplacer le «brillant réveil» et le «doux rayon du soir» par la liberté et la paix. Le Parlement suisse a rejeté en mars 2019 une initiative visant à inscrire le Cantique dans la loi.

Le 12 septembre 2015, les nouvelles paroles proposées pour l’hymne national sont sorties gagnantes d’un concours auquel 208 contributions avaient été soumises. Le texte de Werner Widmer, économiste de la santé vivant près de Zurich, est destiné à remplacer un jour celui du Cantique suisse écrit en 1840 par Leonhard Widmer. Débutant par «Sur fond rouge la croix blanche», la nouvelle strophe[nbsp] résume les valeurs essentielles de notre pays: la liberté, l’indépendance, la paix et la solidarité. Le texte s’appuie sur le préambule de la Constitution fédérale de 1999 et permet de communiquer plus facilement nos valeurs centrales à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Les paroles de la nouvelle strophe sont les suivantes:

Sur fond rouge la croix blanche,
symbole de notre alliance,
signe de paix et d’indépendance.
Ouvrons notre cœur à l’équité
et respectons nos diversités.
A chacun la liberté
dans la solidarité.
Chantons d’une même voix :
sur fond rouge la blanche croix.

Légalement, il n’est pas problématique de faire chanter, outre les strophes du Cantique suisse, la nouvelle strophe proposée pour l’hymne national. En effet, il n’existe pas de loi dictant aux communes le chant à programmer le 1er août. En mars 2019, le Parlement suisse a rejeté une initiative parlementaire introduite par Thomas Minder, conseiller aux États pour le canton de Schaffhouse, et visant à inscrire dans la loi les paroles du Cantique suisse. Le Parlement a considéré que de toute évidence le Conseil fédéral ne déciderait pas de lui-même d’un nouveau texte pour l’hymne national, mais qu’un tel texte serait soumis pour décision à l’Assemblée fédérale et probablement même au peuple. En 1981, le Conseil fédéral a seulement déclaré l’hymne actuel comme hymne officiel pour les manifestations militaires et diplomatiques.

En 2013, la SSUP a lancé un concours artistique destiné à trouver pour l’hymne national un nouveau texte basé sur les valeurs contenues par le préambule de la Constitution suisse. Ce faisant, la SSUP a souhaité stimuler un débat durable sur nos valeurs, une réflexion à long terme et, partant, conforter la cohésion à travers le pays.

La Suisse n’est pas seule au monde à rechercher un nouvel hymne pour le pays. Au Liban, au Mexique, en Thaïlande et en Iran, les hymnes nationaux sont également issus d’un concours artistique. En France, Italie, Belgique, au Canada et aux USA, il existe des initiatives visant à créer un nouveau texte pour l’hymne national. L’Autriche a adapté le sien il y a quelques années, afin de tenir compte de l’égalité des genres.

Plus de 200 personnalités de toute la Suisse soutiennent désormais les nouvelles paroles, parmi elles 70 conseillers nationaux, anciens et actuels, 17 conseillers aux États, 22 membres de gouvernements cantonaux et cinq anciens membres du Conseil fédéral.

De plus amples informations ainsi que les partitions, fichiers audio et vidéo sont disponibles en ligne.

Deutsch: www.nationalhymne.ch

Français: www.hymnenational.ch

Italiano: www.innonazionale.ch

Rumantsch: www.imninaziunal.ch