SSR promeut la cohésion

L’initiative «No-Billag» nuit à la solidarité et à la culture suisses – la SSUP dit «NON».
Depuis plus de deux siècles, la SSUP s’engage pour la cohésion nationale, la solidarité avec les minorités linguistiques ainsi que l’éducation et la culture à travers la Suisse. La SRG SSR fait de même. Les redevances radio et télévision constituent une contribution légitime en faveur d’une Suisse solidaire marquée par la diversité culturelle. C’est pourquoi la SSUP se prononce contre l’initiative «No-Billag» qui sera soumise à la votation fédérale le 4 mars 2018.

L’initiative «No-Billag» nuit à la solidarité et à la culture suisses – la SSUP dit «NON».
Depuis plus de deux siècles, la SSUP s’engage pour la cohésion nationale. Ainsi, elle administre le Grütli et y organise une grande cérémonie commémorative le 1er août de chaque année. La SSUP soutient le travail de la SRG SSR et, partant, la perception des redevances Billag. C’est pourquoi la SSUP se prononce contre l’initiative «No-Billag» qui sera soumise à la votation fédérale le 4 mars 2018, et ce pour les raisons suivantes:[nbsp]

  1. La SRG SSR assure une contribution importante en faveur de la solidarité avec les minorités culturelles en Suisse. Les rédactions italophones et rhéto-romanches se voient attribuer une part des redevances Billag qui est de 5 à 6 fois supérieure à la part revenant aux rédactions suisses alémaniques. Les redevances radio et télévision soutiennent donc la cohésion nationale et les minorités suisses.[nbsp]
  1. La SRG SSR assure un mandat national d’information, d’éducation et de culture, dont la valeur est généralement sous-estimée en des temps politiquement calmes et paisibles. Les redevances radio et télévision soutiennent la démocratie et la diversité dans le respect de l’autre.[nbsp]
  1. La SRG SSR permet à de nombreux artistes et organisations artistiques de faire connaître leurs talents non seulement à travers le pays mais aussi au-delà des frontières nationales. De la musique folklorique au film cinématographique en passant par le cabaret, la SRG SSR aide des artistes à percer et à s’imposer; elle contribue ainsi à l’image positive de la Suisse dans le monde.[nbsp]Sans la SRG SSR Vincent Kucholl et Vincent Veillon, Marie-Thérèse Porchet et Stress, Brigitte Rosset et Jean-Luc Bideau, Irène Jacob et Vincent Pérez seraient restés inconnus au-delà de Genève, Lausanne et Fribourg. Cette même chance internationale, les artistes suisses devront l’avoir également dans le futur. Les redevances radio et télévision soutiennent la culture suisse.