Les communes feront chanter la nouvelle l’hymne national

Pour la troisième fois, les communes peuvent faire chanter la nouvelle strophe proposée pour l’hymne national, en plus des strophes du Cantique. Plus de 180 personnalités soutiennent désormais l’idée de remplacer le «brillant réveil» et le «doux rayon du soir» par la liberté et la paix.

Le 1er août 2018, ce sera pour la troisième fois que de nombreuses communes et Associations des Suisses du monde entier, lors des cérémonies, feront chanter, outre le texte du Cantique, la nouvelle strophe proposée pour l’hymne national, Sur fond rouge la croix blanche. Ces nouvelles paroles résument les valeurs essentielles de notre pays: la liberté, l’indépendance, la paix et la solidarité. Le nouveau texte de l’hymne s’appuie sur le préambule de la Constitution fédérale suisse de 1999 et permet de communiquer nos valeurs centrales à l’intérieur et à l’extérieur du pays:[nbsp]

Sur fond rouge la croix blanche,[nbsp]symbole de notre alliance,
signe de paix et d’indépendance.
Ouvrons notre cœur à l’équité[nbsp]et respectons nos diversités.[nbsp]
A chacun la liberté dans la solidarité.
Chantons d’une même voix:
sur fond rouge la blanche croix.

[nbsp]Au cours de ces deux dernières années, plusieurs secrétaires communaux se sont renseignés auprès de la SSUP pour savoir s’il était licite d’ajouter, le 1er[nbsp]août, une nouvelle strophe à l’hymne national alors que celle-ci n’était encore officiellement confirmée, au niveau national, ni par le gouvernement, ni par le parlement ni par le peuple. Or, en 1894, le Conseil fédéral avait jugé qu’un hymne devait se développer par la base et qu’il ne pouvait être imposé par une quelconque autorité et, en 1981, le Conseil fédéral avait seulement déclaré le Cantique obligatoire pour les manifestations militaires et diplomatiques. Lorsqu’une commune décide de faire chanter une strophe, voire quatre strophes du Cantique et de les faire suivre de la nouvelle strophe proposée, c’est l’occasion d’ouvrir le débat général sur la question des valeurs que doit refléter notre hymne national. Ce ne sera que lorsque ce nouveau texte aura atteint un niveau de popularité suffisant parmi la population, qu’il fera sens de solliciter des autorités compétentes et de l’ensemble des votants de se prononcer. Les nouvelles paroles bénéficient désormais du soutien de plus de 180 personnalités de toute la Suisse, un grand nombre d’artistes et athlètes ainsi que 66 conseillers nationaux, anciens et actuels, 17 conseillers aux États, 16 conseillers d’État, et cinq anciens membres du Conseil fédéral.Début mars, le New York Times a consacré un article aux États ayant modifié leur hymne national au cours de ces dernières années, ou envisageant de le faire prochainement. Ainsi, l’Autriche a adapté le sien il y a cinq ans, et en Allemagne, le processus est engagé:[nbsp]

www.nytimes.com/2018/03/07/arts/music/germany-national-anthem-gender-neutral.html

Du 8 au 10 juin 2018, «Rezia Cantat», la fête cantonale grisonne du chant, se déroulera à Chiavenna. Dans le cadre de cette manifestation, tous les chœurs interpréteront, ensemble, la «strophe suisse» du nouveau texte proposé pour l’hymne national. Dans cette strophe, les quatre langues nationales alternent.

Les partitions, fichiers audio et vidéo sont disponibles en ligne:

Deutsch: www.nationalhymne.ch

Français:[nbsp]www.hymnenational.ch

Italiano:[nbsp]www.innonazionale.ch

Rumantsch:[nbsp]www.imninaziunal.ch