Programme «transfaire»: J’avais envie d’en faire partie

Depuis 20 ans, «transfaire» est un programme permanent de la SSUP. L’objectif premier de cette formation continue destinée au personnel d’encadrement n’est pas d’inciter les participants à s’engager par la suite dans une activité bénévole. Toutefois, cela se produit de plus en plus souvent. L’exemple de Patrick Jacot, responsable de PostFinance Crédits et membre du conseil d’administration de la clinique «Südhang» est impressionnant.

Depuis 20 ans, «SeitenWechsel/transfaire» est un programme permanent de la SSUP. L’objectif premier de cette formation continue destinée au personnel d’encadrement n’est pas d’inciter les participants à s’engager par la suite dans une activité bénévole. Toutefois, cela se produit de plus en plus souvent. L’exemple de Patrick Jacot, responsable de PostFinance Crédits et membre du conseil d’administration de la clinique «Südhang» est impressionnant.

«Je ne dirige plus de la même manière qu’avant mon stage «transfaire». En 2006, en tant que manager chez PostFinance, j’ai participé à une formation «transfaire» qui a tout déclenché. J’ai effectué un stage d’une semaine à la clinique du Südhang, laquelle propose des thérapies à des personnes toxicodépendantes. Quelques années plus tard, le directeur de cette même clinique m’a approché, me demandant si devenir membre du Conseil de fondation de la clinique pouvait m’intéresser. Puisque j’aime voir se fermer des cercles, et parce que je peux m’identifier pleinement aux valeurs et à la philosophie de la clinique, j’ai accepté avec plaisir. Pendant mon stage, j’ai trouvé que le travail de la clinique était extrêmement utile pour de nombreuses personnes. Les rencontres de cette semaine – j’ai aidé dans la cuisine – ont été formatrices pour moi. J’étais et je suis toujours convaincu qu’un travail important se fait à la clinique du Südhang et j’avais envie d’en faire partie. Il y a plus de 10 ans, on m’a permis d’apprendre bien des choses à la clinique – aujourd’hui, je peux rendre quelque chose à cette institution et aider à façonner son avenir. C’est une grande satisfaction pour moi et j’en suis fier. Cette année, une procédure stratégique suit son cours, dans laquelle les dirigeants de la clinique et les membres du Conseil de fondation sont impliqués. C’est excitant de pouvoir participer au développement d’une institution sociale. Avant ma semaine «transfaire», comme c’est probablement le cas de beaucoup de gens dans le monde des affaires, je ne m’étais jamais intéressé aux problèmes de dépendance. Pourquoi l’aurais-je fait? Il y avait là de gros problèmes difficiles. Point. Grâce à la clinique, je sais maintenant que la dépendance est une maladie guérissable et que le comportement toxicomane évolue. L’alcoolisme tend à diminuer, la dépendance au jeu augmente. Et la dépendance des personnes âgées est un important thème d’actualité.»

Antoinette Rast, responsable des ressources humaines et directrice générale adjointe de la clinique «Südhang», a été en contact avec Patrick Jacot au moment de son stage «transfaire». Elle évalue positivement cette forme particulière de formation continue: «Nous prônons à la clinique l’interdisciplinarité, une culture d’ouverture et d’estime de l’autre. Nous sommes toujours très heureux de rencontrer des personnes qui s’intéressent à notre travail. Elles sont les bienvenues chez nous. Cette culture a également été confirmée dans un récent sondage auprès de nos employés. Dans le cas de Patrick Jacot, il est manifeste que l’objectif visant à inciter les gens à venir travailler chez nous a été atteint.»

Plus d’informations: www.transfaire.ch/home-fr