Initiative Service Citoyen: Renforcer l’effort de milice

L’initiative «Service Citoyen» exige qu’à l’avenir, non seulement les hommes suisses effectuent leur service militaire ou civil, mais que toutes les femmes et tous les hommes vivant en Suisse soient tenus de servir la société.

Tout le monde pour tout le monde
La SSUP promeut l’engagement pour le bien de la société. La SSUP soutient spécifiquement le travail bénévole non rémunéré. En même temps, la SSUP est ouverte à d’autres formes d’engagement d’utilité publique. Les engagements réellement ou potentiellement rémunérés (crédits-temps, jetons de présence), le Corporate Volunteering et les engagements imposés par l’État (Service civil), peuvent donner aux gens le goût de s’impliquer pour le bien commun. L’initiative «Service Citoyen» exige qu’à l’avenir, les hommes suisses ne soient pas les seuls à effectuer un service militaire ou civil. L’article 59 de la Constitution fédérale serait modifié comme suit: «Toute personne de nationalité suisse accomplit un service citoyen au bénéfice de la collectivité et de l’environnement. Le service citoyen s’accomplit sous la forme du service militaire ou d’un autre service de milice équivalent reconnu par la loi. Le service citoyen doit être mis en œuvre de manière à ce que les effectifs réglementaires de l’armée soient garantis. La Confédération adopte les mesures incitatives nécessaires. La loi détermine dans quelle mesure le service citoyen, à l’exclusion du service militaire, peut être accompli par des personnes dépourvues de la nationalité suisse…[nbsp]» Le service citoyen a pour but d’améliorer l’égalité entre les hommes et les femmes avec et sans passeport suisse. Le service obligatoire pour tous et pour toutes devrait également conduire à un plus important recrutement de femmes dans l’armée et rendre impossible ce que l’on appelle la «route bleue». La cohésion entre les couches sociales et les régions linguistiques, souvent saluée dans le contexte de l’armée, serait renforcée par le service citoyen. Étant donné que les tâches d’assistance-encadrement, qui jusqu’à présent étaient principalement assumées par des femmes, pourraient à l’avenir être reconnues au titre du service citoyen, ce travail serait revalorisé. Temporairement impliqués dans le secteur sans but lucratif, les femmes et les hommes pourraient acquérir des compétences supplémentaires utiles également pour le marché du travail. Dès lors que l’effort de milice accompli dans les bureaux de l’administration et au sein des commissions politiques pourra être considéré comme un service citoyen, cette activité deviendra plus attrayante. La SSUP espère que l’instauration d’un service citoyen généralisé sensibilisera de nombreuses personnes aux problèmes sociaux et les motivera à apporter une contribution bénévole supplémentaire au-delà du service citoyen imposé par l’Etat.

https://inilab.ch/projects/68?locale=fr