6e colloque de la SSUP sur le bénévolat

Recherchons contacts et compétences Le 6e colloque annuel de la SSUP sur le bénévolat a porté sur la gestion et la coordination des bénévoles. C’est à la Kursaal de Berne que Jean-Daniel Gerber, Président de la SSUP, a accueilli les 140 participants du colloque. Le sociologue Markus Lamprecht a ensuite présenté quelques aspects de la publication «Observatoire du bénévolat en Suisse 2020».

Pour la première fois, une version française du rapport de l’Observatoire est disponible et peut même être téléchargée gratuitement sur les sites Web de la SSUP et des Editions SEISMO.

Dans son exposé, Markus Lamprecht a réfuté quatre idées reçues sur le travail bénévole: de moins en moins de gens s’engagent bénévolement, le travail bénévole est de plus en plus souvent rémunéré, les compensations financières sont devenues un facteur important de motivation, et le potentiel des bénévoles futurs est limité.

Enseignant à la Fachhochschule Nordwestschweiz (FHNW), Stefan Güntert a montré en quoi le recrutement, l’encadrement, l’accompagnement des bénévoles non rémunérés et la valorisation de leur travail diffèrent de l’encadrement des salariés. Les bénévoles ont avant tout besoin d’autonomie, d’appartenance à une communauté et de développement de leurs compétences; c’est pourquoi, dans la gestion des bénévoles, il est essentiel de faire preuve de tact en ce qui concerne la diversité, la participation, les valeurs, les conflits et les incitations des personnes, tout en leur montrant l’impact que leur engagement peut avoir.

Lukas Niederberger, Directeur de la SSUP, a introduit le thème de la gestion des bénévoles en présentant les résultats d’une enquête menée auprès de 328 professionnels du domaine du bénévolat. Les nombres entre parenthèses concernent les organisations travaillant avec des bénévoles en Suisse romande:

  • 72 % (87 %) disposent de professionnels assurant la coordination des bénévoles;
  • 64 % (77 %) ont une vision d’ensemble pour le travail bénévole;
  • 73 % (81 %) intègrent le travail bénévole dans la stratégie de leur organisation;
  • 60 % (74 %) concluent un accord de mission avec les bénévoles.

Une enquête SurveyMonkey, demandée par la SSUP, a révélé trois autres éléments concernant la gestion des bénévoles:

  • Les principales clés de la réussite sont une bonne adéquation entre les bénévoles et les bénéficiaires, l’attribution aux bénévoles de tâches qui aient du sens, ainsi que la reconnaissance et l’appréciation de leur travail.
  • Les repas annuels, les offres de formation et le remboursement des frais sont les facteurs essentiels pour valoriser les bénévoles.
  • Les nouveaux bénévoles sont principalement recrutés par d’autres bénévoles et par les employés des organisations concernées, ainsi que par leurs parents et amis; les canaux de recrutement les moins efficaces sont la télévision, la radio et la presse, les employeurs des bénévoles et les acteurs publics (communes et écoles).

Dans le cadre de cinq ateliers, des professionnels ont parlé de leur expérience avec la gestion des bénévoles dans différents domaines (sport, culture, santé, vieillesse, politique sociale et jeunesse). Ces ateliers ont également permis de discuter de l’intégration du bénévolat dans la stratégie des organisations. Dans tous les secteurs, les bénévoles au sein des organisations désirent que l’on s’adresse à eux personnellement; ils et elles veulent apporter leurs propres intérêts et compétences, bénéficier d’emplois du temps flexibles, élargir leurs compétences, être pris-e-s au sérieux et être valorisé-e-s.

Le fait que le colloque ait dû être reporté de juin à septembre en raison de la crise du coronavirus a présenté au moins un avantage: la dernière partie de la journée a pu être consacrée au thème «Coronavirus et bénévolat». Stefan Güntert a présenté les premiers chiffres d’une enquête en cours menée par la FHNW auprès de 135 organisations travaillant avec des bénévoles:

  • 85 % des activités ont dû être interrompues en raison des règles Covid;
  • 62 % des bénévoles faisaient partie d’un groupe à risque et ont dû mettre fin à leurs activités;
  • 21 % des organisations ont connu une diminution de la demande de leurs services;
  • 48 % des organisations ont pris en charge de nouvelles tâches pendant la crise du coronavirus.

Konstantin Kehl a ensuite présenté les premiers résultats d’une enquête menée par la ZHAW auprès de 200 organisations en Suisse alémanique: pendant la crise du coronavirus, les ONG ont bénéficié d’une meilleure attention du public et d’une plus grande audience en matière politique et économique. En outre, pour la plupart des organisations de la société civile, comme pour les entreprises et les établissements d’enseignement, la crise du coronavirus a été un puissant facteur d’accélération de la numérisation.

Le colloque s’est terminé par une table ronde sur l’attribution de missions en ligne aux bénévoles, notamment pendant le confinement: Baptiste Udriot (suisseresponsable.ch), Vivien Jobé (hilf-jetzt.ch) et Maximiliane Basile (Five up) ont souligné qu’à l’avenir, la Confédération et les cantons devraient se préparer aux crises non seulement en stockant des respirateurs, des masques de protection et des désinfectants en quantité suffisante, mais aussi en développant des outils numériques permettant d’atteindre la population rapidement et efficacement et de coordonner les actions d’aide.

Société suisse d’utilité publique SSUP

Schaffhauserstrasse 7
8042 ZurichT 044 366 50 30
F 044 366 50 31
PC 80-8980-9
CH86 0900 0000 8000 89809
www.sgg-ssup.ch
info@sgg-ssup.ch