Fête nationale au Grütli 2020

Un acte d’Etat sous le signe du coronavirus Cette année, en raison de la distanciation sociale de rigueur, de nombreuses cérémonies de la Fête nationale ont été annulées entre Genève, Chiasso, Poschiavo, Rorschach et Bâle, et aussi par les associations de Suisses, consulats et ambassades du monde entier.

La SSUP a elle aussi annulé sa cérémonie traditionnelle sur le Grütli. C’était à très grand regret puisque, cette année, la Fête devait être organisée avec le concours de l’Association fédérale de lutte suisse et que 2000 personnes se réjouissaient à l’idée d’assister à cette toute première manifestation de lutte sur le Grütli.

Une cérémonie de remplacement a donc été organisée par la SSUP. Dans le cadre de celle-ci, l’actuelle Présidente de la Confédération, Simonetta Sommaruga, a honoré une femme et un homme de chacun des 26 cantons, ainsi que de la Cinquième Suisse, autant de personnes qui, à l’instar d’innombrables autres, se sont distinguées par leur engagement et leur solidarité au cours de la crise du coronavirus.

Personne ne veut être une héroïne ou un héros

La SSUP a été chargée de trouver les 54 héroïnes et héros à convier au Grütli. Cette tâche n’a pas été facile! Même les infirmières des unités de soins intensifs et les bénévoles ayant mis en place l’aide alimentaire locale ne voulaient pas se considérer comme des héros! Tout d’abord, leur engagement leur semblait quelque chose de tout à fait normal et naturel. Par ailleurs, beaucoup d’entre eux ont souligné qu’ils ne faisaient qu’intégrer des équipes plus importantes pendant le confinement. Certaines personnes choisies pour être honorées au Grütli par la Présidente de la Confédération ont décliné l’invitation, ne voulant pas être distinguées publiquement ou aspirant à s’accorder quelques jours de repos ce premier week-end d’août, après s’être investies jour et nuit pendant des mois dans l’intérêt d’autres personnes.

Un effort exceptionnel

Bien qu’en 2020, avec seulement 250 participants, la célébration ait eu huit fois moins d’invités que pendant les années sans pandémie, sa préparation était plus complexe. Nous devions prévoir un plan B, dans le cas d’une pluie continue; nous avons donc loué, à titre provisoire, la salle Bally de Schönenwerd, dans le canton de Soleure. Par ailleurs, comme cet acte d’Etat était filmé pour être diffusé en direct sur le canal YouTube du Conseil fédéral, les acteurs ont dû être maquillés avant leur apparition. Plus de 30 invités, héroïnes, héros et leurs proches sont arrivés dès la veille au soir en provenance de Suisse romande et des Grisons. En l’absence de touristes étrangers, l’hôtel Schweizerhof de Lucerne, sous-occupé, a gracieusement invité ce groupe de personnes à y passer la nuit et y prendre le petit-déjeuner.

Un cadre exceptionnel

A Brunnen, les invités ont embarqué pour le Grütli au son du cor des Alpes de Röbi Imlig. Bien sûr, le port du masque était obligatoire sur le bateau. Dans la prairie, l’accueil musical était assuré par l’ensemble Rekrutenspiel 16-2/20 avec deux morceaux très populaires: Vo Lozärn gägw Wäggis zue et L’inverno è passato. La jeune femme et ses quatre collègues n’avaient commencé l’école de recrues que peu de temps auparavant, mais leur jeu avait quelque chose de très professionnel. Le gérant du Grütli, Mike McCardell, a servi des spécialités tessinoises aux convives, un choix de la Présidente de la Confédération en personne. Antipasti, Risotto et Luganighe. A 13 heures, pour marquer le début de la cérémonie proprement dite, les recrues ont joué La Réjouissance, un extrait de la Musique pour les feux d’artifice royaux de Georg Friedrich Händel. L’animatrice Maria Victoria Haas a encadré le programme de 90 minutes dans les quatre langues nationales. Brillante! La cantatrice fribourgeoise Marie-Claude Chappuis et Les voix de la Gruyère ont interprété des chants traditionnels, comme LiaubaLe vieux chalet et Vreneli vo Guggisberg. Enfin, la Schaffhousoise Lisa Stoll, avec son cor des Alpes, et les jeunes lanceurs de drapeaux de Weggis, ont excellé dans leurs disciplines respectives.

La Suisse tient bon

Dans son grand discours et après avoir honoré les héroïnes et héros du confinement, Simonetta Sommaruga a souligné que la cohésion sociale avait bien fonctionné durant la crise: «La Suisse tient bon». Le commerce international s’est poursuivi durant le confinement. Toutefois, la Présidente de la Confédération a lancé un appel à la prudence afin de limiter la propagation du virus.

Venant des quatre régions linguistiques du pays, les 54 héroïnes et héros ont témoigné de leur quotidien durant le confinement. Ainsi, Rita Monotti, médecin-cheffe de l’hôpital Carità de Locarno, a rendu compte de son travail aux soins intensifs, Olivier Schaffter du restaurant La croix blanche de Delémont a raconté comment il a préparé 300 pizzas gratuites pour le personnel hospitalier, Judith Schnider, responsable d’un magasin à Laax, a décrit en romanche les difficultés d’approvisionnement de la population, et l’enseignant Christian Stähli et son élève Tara ont fait l’éloge des cours par vidéo. Les 54 héroïnes et héros ont, chacune et chacun, reçu des mains de Simonetta Sommaruga un jeune pommier en cadeau personnel. En automne, tous recevront un arbre plus grand qu’ils pourront planter dans un endroit central, en accord avec leur canton, en signe de commémoration de la période du confinement.

Le nouveau texte de l’hymne dans toutes les langues nationales

Pour conclure la cérémonie, Marie-Claude Chappuis a interprété le nouveau texte de l’hymne national tel que proposé par la SSUP, avant que les invités, tous ensemble mais chacune et chacun dans leur langue, se mettent à chanter la 1re strophe du Cantique suisse. Lorsque le Président de la SSUP, Jean-Daniel Gerber, a remercié les acteurs de la Fête avec des fleurs et des cartes de Fête nationale, et au son de La Mer interprétée par l’ensemble Rekrutenspiel, la pluie a commencé à tomber. De ce fait, l’audience s’est tout naturellement dispersée en direction de l’embarcadère.

En 2021 pour les femmes, en 2022 avec les méchants

Nous espérons tous que pour les années à venir, la Fête nationale sur le Grütli pourra de nouveau accueillir jusqu’à 2000 personnes. Il est prévu qu’en 2021, les associations de femmes et les neuf Conseillères fédérales, anciennes et actuelles, pourront y célébrer les 50 ans du droit de vote des femmes en Suisse. Le 1er août 2022, l’Association fédérale de lutte suisse devrait pouvoir se rattraper et organiser dans la prairie les festivités qu’elle n’a pu présenter en 2020.