Le projet “CHymne” de la SSUP

Le projet «CHymne» de la SSUP – vers un nouvel hymne national suisse
A l’image des grandes sociétés qui s’interrogent régulièrement sur leurs lignes directrices, il serait opportun pour la Suisse de réfléchir régulièrement à ce qui l’unit. Cette opportunité, un nouvel hymne national l’offrirait à l’avenir dès lors qu’il s’appuierait sur le préambule de la Constitution fédérale. Avec son projet «CHymne», la SSUP souhaite consolider le ciment entre les régions linguistiques.

Le projet «CHymne» de la SSUP – vers un nouvel hymne national suisse
A l’image des grandes sociétés qui s’interrogent régulièrement sur leurs lignes directrices, il serait opportun pour la Suisse de réfléchir régulièrement à ce qui l’unit. Cette opportunité, un nouvel hymne national l’offrirait à l’avenir dès lors qu’il s’appuierait sur le préambule de la Constitution fédérale. Avec son projet «CHymne», la SSUP souhaite consolider le ciment entre les régions linguistiques.

[nbsp]«La Suisse n’existe pas», c’était le frontispice du pavillon suisse de l’exposition universelle de Séville il y a 23 ans. Or aujourd’hui encore, la question de savoir ce qui, au fond, unit ce pays, cette question se pose toujours de nouveau. La Suisse romande et le Tessin puisent leur inspiration culturelle davantage à Lyon et à Paris, à Milan et à Rome qu’à Zurich, Berne et Bâle. Lorsqu’à l’issue des votations fédérales, les Zurichois accusent les Romands d’être moins patriotiques que les Suisses alémaniques, cela ne profite certainement pas à la «cohésion interne» – terme qui curieusement ne se trouve que dans la version italienne du préambule de la Constitution. Dans les trois autres langues nationales, cet aspect semble avoir succombé lors de l’une ou de l’autre des sans doute très nombreuses séances de rédaction.

Depuis sa création en 1810, il importe à la SSUP que les Suisses, en tant que nation et société, cultivent, développent et vivent ensemble leurs diversités. Quelle que soit la relation, ils doivent pouvoir se baser sur un degré suffisant de solidarité et de cohésion afin de vivre leurs diversités dans la tolérance et dans un esprit constructif et pour appréhender les différences comme un enrichissement. La SSUP administrant le Grütli depuis 1860, elle y organise chaque année le 1er août la cérémonie de la Fête nationale afin de cultiver l’esprit communautaire et la cohésion. De 1952 à 2003, le discours officiel a presque toujours été prononcé par un homme originaire de Suisse centrale. En 2012 et 2014, cette mission a été confiée à un Romand. Il est prévu de faire parler également les Tessinois et les Rhéto-romans dans un avenir proche.

Le projet CHymne est destiné à renforcer l’union de la société suisse. Le préambule de la Constitution fédérale suisse de 1999 servira de base au nouvel hymne national. En effet, il résume les valeurs essentielles de notre société dans un texte agréable à citer:

Au nom de Dieu Tout-Puissant!
Conscients de leur responsabilité envers la Création, Résolus à renouveler leur alliance pour renforcer la liberté, la démocratie, l’indépendance et la paix dans un esprit de solidarité et d’ouverture au monde,Déterminés à vivre ensemble leurs diversités dans le respect de l’autre et l’équité,Conscients des acquis communs et de leur devoir d’assumer leurs responsabilités envers les générations futures, Sachant que seul est libre qui use de sa liberté et que la force de la communauté se mesure au bien-être du plus faible de ses membres, le peuple et les cantons suisses arrêtent la Constitution…

Dans un processus souvent long, chaque entreprise, école et hôpital s’attèle aujourd’hui à définir ses «lignes directrices». Certains les nomment «Visions et missions» et y fixent les objectifs et les valeurs de l’organisation. La plupart du temps, lors du processus d’élaboration des «lignes directrices», il est fait appel à des spécialistes externes et des ateliers sont organisés. Une fois le précieux document imprimé, il est toutefois rangé au fond des tiroirs où il finit par tomber dans l’oubli. Avec son projet «Hymne – le nouvel hymne national suisse», la SSUP souhaite initier le contraire: les «lignes directrices» de la Suisse, telles que contenues dans le préambule de la Constitution fédérale, ne doivent pas tomber dans l’oubli mais au contraire s’imposer en composantes réelles de la vie sociale et culturelle du pays. La SSUP a élaboré un support pédagogique à l’intention des écoles. En fonction des matières enseignées, les élèves s’intéresseront à l’hymne national en tant que phénomène général ou au préambule de la Constitution et son contenu en particulier. En effet, de nombreuses questions se posent dans ce contexte:

  • A l’époque de la mondialisation, a quoi servent les hymnes nationaux?
  • A quelles occasions, l’hymne national devrait-il être chanté?
  • Quel message l’hymne devrait-il communiquer?
  • Dans quel contexte historique, la plupart des hymnes nationaux sont-ils nés?
  • Quelle a été l’origine des hymnes nationaux suisses et comment ont-ils évolué?
  • Au cours des quarante dernières années, qui a exigé un nouveau texte pour l’hymne national suisse?
  • Qui doit décider de la modification de l’hymne national suisse? Le Conseil fédéral, le Parlement, le corps électoral ou tous les habitants du pays?
  • Quels sont les arguments favorables/défavorables à la présence d’un rapport religieux dans l’hymne national suisse?
  • A partir de quel moment le rapport religieux est suffisamment établi dans l’hymne? Le nom de Dieu doit-il figurer dans l’hymne, ou des valeurs d’inspiration chrétiennes sont-elles suffisantes?
  • Quelle est l’image de Dieu reflétée dans l’hymne national actuel?
  • Le préambule de la Constitution fédérale suisse reflète-t-il bien les valeurs suisses?
  • Comment identifier et décrire au mieux l’identité suisse et les valeurs essentielles du pays?
  • L’hymne national, doit-il être chanté régulièrement à l’école?
  • Pour les manifestations sportives internationales, une strophe en anglais devrait-elle exister?
  • Pour les manifestations sportives internationales, une strophe suisse devrait-elle exister dans laquelle chaque ligne serait rédigée dans une autre langue?
  • Quels sont les critères musicaux auxquels un hymne national doit répondre, quel qu’il soit?
  • Quels sont les critères musicaux auxquels l’hymne national suisse doit répondre?
  • Les textes utilisés par les hymnes nationaux des pays dont la langue officielle est identique à ma langue maternelle ou dont la langue officielle est étrangère, reflètent-ils la vie des habitants de ces pays?
  • Quels sont les critères auxquels un hymne national doit répondre?

Et si ces questions servaient de base à des discussions animées en famille, à la table des habitués, lors d’événements sociaux ou dans les médias?

Vous êtes cordialement invités à consulter les sites de CHymne sur Internet et à voter d’ici le 6. septembre[nbsp]au plus tard.

deutsch: www.chymne.ch [nbsp][nbsp] [nbsp][nbsp][nbsp][nbsp][nbsp][nbsp]français: www.hymnenational.ch

italiano: www.innonazionale.ch [nbsp][nbsp][nbsp][nbsp] rumantsch: www.imninaziunal.ch