AG plus à Glaris

Les assemblées générales ou de société en disent long sur les membres et les organisations elles-mêmes. La plupart des AG débutent par un café-croissant, traitent en une à deux heures les divers points à l’ordre du jour et passent ensuite à l’apéritif et éventuellement au déjeuner ou dîner, ponctués d’interludes artistiques. Pour clore le tout, les participants reçoivent souvent un petit cadeau en partant. En ce qui concerne l’AG de la SSUP, elle tient plutôt de l’excursion d’entreprise et de la semaine culturelle.

Les assemblées générales ou de société en disent long sur les membres et les organisations elles-mêmes. La plupart des AG débutent par un café-croissant, traitent en une à deux heures les divers points à l’ordre du jour et passent ensuite à l’apéritif et éventuellement au déjeuner ou dîner, ponctués d’interludes artistiques. Pour clore le tout, les participants reçoivent souvent un petit cadeau en partant. En ce qui concerne l’AG de la SSUP, elle tient plutôt de l’excursion d’entreprise et de la semaine culturelle. Elle s’étend sur deux journées entières et les Sociétaires sont conviés chaque année en une autre région de la Suisse. La matinée du premier jour est consacrée à un atelier public de stimulation; suivent un lunch favorisant le réseautage, l’assemblée générale proprement dite et une soirée conviviale. Au programme de la seconde journée: des excursions culturelles et des visites d’institutions sociales de la région, [nbsp]ces dernières étant souvent des œuvres initiées ou gérées par la société d’utilité publique locale ayant invité les Sociétaires pour l’AG en question. L’atelier de stimulation du 9 juin 2016 a thématisé les «volontaires en herbe».

Le professeur Markus Freitag de l’université de Berne, qui avait été chargé par la SSUP de l’encadrement scientifique de l’Observatoire du bénévolat 2016, a analysé les caractéristiques typiques des bénévoles en herbe. Ceux-ci ont entre 40 et 65 ans et vivent de préférence dans une ville. Entre le désir de s’engager bénévolement et l’exercice réel d’une activité bénévole, il y a un fossé. Exposé

Cornelia Hürzeler, responsable du bénévolat auprès du Pour-cent culturel de la Migros, a présenté son projet «Service-Learning», lequel établit un lien entre l’engagement bénévole ou volontaire d’élèves et l’acquisition par eux de compétences spécifiques, méthodiques et sociales. Du fait que l’engagement bénévole n’est plus une tradition automatiquement transmise d’une génération à la suivante et que le gène du bénévolat semble de plus en plus rare en Suisse comme ailleurs, il est indispensable d’encourager les activités bénévoles, d’en faciliter l’accès, voire de donner aux jeunes la possibilité de découvrir ce que c’est.

Répartis sur plusieurs ateliers, les 70 participants ont ensuite développé des idées susceptibles d’activer le potentiel existant dans le domaine du bénévolat au niveau des écoles et des entreprises, de la Confédération, des cantons et des communes, mais aussi des associations et des organisations. La Confédération pourrait par exemple promouvoir davantage l’offre de vacances pour la jeunesse et même l’élargir; Les communes et les écoles pourraient créer des services pour coordonner les activités bénévoles, instaurer des contacts et attribuer des distinctions et autres prix de bénévolat. Les entreprises pourraient présenter à tout leur personnel les collaborateurs engagés dans le bénévolat. Les organisations de bénévoles devraient communiquer leurs besoins de manière plus active, entre autres via les médias sociaux.

L’Assemblée générale des Sociétaires s’est déroulée à la Landratssaal de Glaris. Outre les membres de l’association, le Président de la SSUP a également accueilli des personnalités locales: Marianne Lienhard, Présidente du gouvernement cantonal de Glaris, Fridolin Luchsinger, Président du parlement cantonal, Andrea Fäs-Trummer, Vice.présidente du Conseil communal de Glaris, Mathias Vögeli, Président communal de Glaris Sud, et Jakob Trümpi, Président de l’association «Glarner Gemeinnützige». Jean-Daniel Gerber, Président de la SSUP, et Lukas Niederberger, Directeur de la SSUP, ont alterné pour présenter les activités passées et futures de l’association. Au cours de la réunion, les Sociétaires ont été informés de plusieurs nouveautés:

  • En automne 2016, le périodique alémanique «Beobachter» et la SSUP éditeront ensemble un guide pour les personnes affectées par la pauvreté afin de mieux les informer sur leurs droits: Que peuvent-ils réellement obtenir de l’aide sociale publique? Ce guide sera utile également à tous ceux qui doivent traiter des demandes individuelles: services sociaux, fondations et conseillers.
  • La SSUP analyse actuellement les domaines dans lesquels elle pourrait davantage favoriser le bénévolat.
  • La SSUP étudie régulièrement des manifestations culturelles susceptibles de se dérouler au Grütli. En été 2018, une nouvelle version allemande de l’opéra «Guillaume Tell» de Rossini y sera représentée.
  • Le programme «SeitenWechsel» examine actuellement la création d’un produit supplémentaire complétant les désormais traditionnels stages de formation continue de cinq jours destinés aux dirigeants.
  • En ce qui concerne le programme «Job Caddie», lequel offre un soutien par des mentors bénévoles à des jeunes adultes qui éprouvent des difficultés en apprentissage ou dans leur vie professionnelle débutante, il ouvrira, après celle de Zoug, une seconde antenne à Berne, en plus de son bureau central à Zürich.
  • Le programme «Intergeneration», parallèlement à son offre de plateforme Internet, souhaite se lancer dans la promotion des institutions d’assistance-encadrement prenant en charge des enfants et des seniors, ce qui permet un réel échange intergénérationnel.
  • Le nouveau texte pour l’hymne national et ses partitions sont diffusés par la SSUP à l’échelle nationale. Ce ne sera que lorsque ce nouveau texte aura atteint un niveau de popularité suffisant parmi la population, qu’il sera officiellement présenté à Berne afin que les autorités ou le peuple décident de son entérinement.

Les Sociétaires ont unanimement adopté les comptes et le rapport de gestion de l’exercice 2015 ainsi que le rapport de la Commission de contrôle de gestion, suite à quoi les participants ont donné décharge au Comité exécutif et à la Commission centrale. Les statuts de la SSUP ont été modifiés en certains points. Ont été élus à la Commission centrale: Peter Hebeisen (GG Zug), Elisabeth Baume-Schneider (ancienne conseillère d’Etat du canton du Jura) et Michel Peter (GG Appenzell). Des remerciements ont été adressés à Alex Staub, ancien président de la nouvelle Cour pénale fédérale de Bellionzone et ancien juge fédéral, qui pendant de longues années a présidé la GG Zug. A l’issue de l’assemblée générale proprement dite, les participants se sont retrouvés à la «Kunsthaus Glarus» où le professeur Peter Jenny a donné un aperçu animé de la création artistique du canton. Enfin, à l’hôtel Glarnerhof, un dîner de spécialités glaronaises a clos cette première journée.

Le lendemain matin, le pays de Glaris s’est dévoilé sous son plus beau jour. Pour la matinée, les Sociétaires venus du pays entier avaient le choix entre une visite de la «Schule an der Linth» à Ziegelbrücke ou de la ville de Glaris. Les participants ont donc formé deux groupes – et tous les deux sont revenus ravis de leur tour matinal. En 1861, la ville de Glaris avait été ravagée par un incendie; mais seulement onze jours après le sinistre, les habitants ont commencé à reconstruire leurs maisons. De nos jours, ce serait impensable! Pensons seulement aux nombreuses procédures d’autorisation et aux actuelles dispositions légales sur la construction. A l’heure du déjeuner, les deux groupes se sont rejoints à l’école «Glarnersteg» de Schwanden, où Thomas Hefti, Conseiller aux Etats pour le canton de Glaris, a accueilli les Sociétaires. Après le déjeuner, tous ensemble, ils se sont rendus à Engi pour visiter l’ancienne mine d’ardoise «Landesplattenberg». Un final en beauté a été assuré par [nbsp]un concert impressionnant du «Trio Bann Schiltknecht/Dahinden/Schiltknecht». Nous remercions vivement les organisateurs de la «Gemeinnützige Gesellschaft Glarus» et leur adressons tous nos compliments pour cet encadrement plus que digne de nos deux jours traditionnels. L’AG de cette année aura été un coup de promotion très réussi pour le pays de Glaris.

Les Sociétaires se réuniront l’année prochaine les 8 et 9 juin à l’hôtel Pax Montana du Flüeli-Ranft, endroit où sera fêté le 600e anniversaire de Nicolas de Flue, patron de la Suisse. Il s’agira alors de découvrir le pays d’Obwald!